Les packages Ubuntu / Debian

La distribution Ubuntu (Debian) propose un outil de gestion de package permettant d’automatiser l’installation, la configuration et la mise à jour des logiciels installés par ce biais. Par défaut, sur la distribution Ubuntu (avec l’interface Gnome), il est proposé le Gestionnaire de packets Synaptic ainsi que le Gestionnaire de mise à jour. Mais tout ce qui existe par interface graphique se fait aussi par ligne de commande.

Les packages sont des fichiers portant l’extension .deb et peuvent être installés manuellement, en ligne de commande :

dpkg -i nom_du_package.deb

En plus de cela, le gestionnaire est capable, grâce à un système complémentaire de gérer les dépendance entre les différents packages, et va ainsi permettre de mettre à jour les affiliations de packages par simple mise à jour: il s’agit du système apt (Advanced Packaging Tool). Ce système fonctionne à partir d’une liste de sources (emplacements auxquels des paquetages sont disponibles) présente dans le fichier /etc/apt/sources.list.

Commandes des fonctionnalités principales :

Installation: pour installer le package « nom_du_package » il suffira de taper :

apt-get install nom_du_package

ou bien après avoir récupéré manuellement un package spécifique (avec l’extension .deb)

dpkg --install nom_du_package.deb

ou

dpkg -i nom_du_package

En cas de problème de dépendance il est possible (mais déconseillé, sauf en connaissance de cause) de forcer l’installation avec la commande suivante :

apt-get install -f nom_du_package

Simulation d’installation: il peut être utile de simuler l’installation du package avant de procéder à son installation afin de connaître exactement les paquetages dépendants qui vont être installés et estimer les problèmes éventuels :

apt-get install -s nom_du_package

Suppression: pour supprimer un package il suffit de taper

apt-get remove nom_du_package

Cette commande supprime le paquet mais conserve les fichiers de configuration. Pour supprimer également les fichiers de configuration il suffit d’utiliser la commande suivante :

apt-get remove --purge nom_du_package

Reconfiguration: pour reconfigurer un package il suffit de taper :

dpkg --reconfigure nom_du_package

Mise à jour de la liste: Pour mettre à jour la liste des packages il faut taper la commande :

apt-get update

Mise à jour des packages: La mise à jour des packages eux-mêmes se fait grâce à la commande suivante :

apt-get upgrade

Il est conseillé de lancer cette commande avec l’option « -u » afin de connaître la liste exacte des paquetages qui vont être mis à jour :

apt-get -u upgrade

La commande suivante permet la mise à jour du système obsolète à la dernière version (pour passer de Ubuntu Drapper à Ubuntu Edgy). Ceci va ainsi mettre à jour les packages et les dépendances dans leur version les plus récentes :

apt-get dist-upgrade

Nettoyage: à chaque installation d’un logiciel, le système APT charge le paquetage concerné et le stocke dans un référentiel local. Au bout d’un certain temps la liste des paquetages consrvés peut devenir importante et gourmande en espace disque, c’est la raison pour laquelle il peut être utile de faire le ménage parmi ces fichiers. La commande clean permet de supprimer tous les paquetages n’étant pas verrouillé, ce qui signifie que le paquetage devra être à nouveau téléchargé s’il doit être reconfiguré :

apt-get clean

La commande autoclean permet de supprimer tous les paquetages n’étant plus disponibles en téléchargement (et donc a priori obsolètes) :

apt-get autoclean

Interrogation : Il existe plusieurs commandes visant à interroger un ou plusieurs packages selon divers critères. Les voici :
Pour connaître la liste des packages contenant un mot clé particulier :

apt-cache search mot_cle

Pour obtenir plus d’information sur un paquetage donné :

apt-cache show nom_du_package

Pour afficher les dépendances d’un paquetage :

apt-cache depends nom_du_package

Pour connaître le paquetage auquel un fichier appartient :

apt-file search nom_du_fichier

Pour connaître la lite des fichiers d’un paquetage :

apt-file list nom_du_package

La gestion des archives sous Ubuntu

Tous le monde connait maintenant les archives Tar, GZip, Bzip2, Tar/GZip, Tar/BZip2 …(en équivalence windows on pourrait citer les formats Zip ou Rar).
Mais quand on est néophyte, on ne sait jamais vraiment comment décompresser ses archives en ligne de commande. Maintenant, il existe des logiciels à interface graphique afin de rendre plus simple la manipulation des archives (notament grâce à « File Roller »).
Mais voyons les commandes à taper afin de décompresser les différents types de fichiers.

Tar : les fichiers tar possèdent l’extension .tar
pour décompresser ce type de données il faut taper en ligne de commande :

tar xvf nom_du_fichier.tar

Gzip : les fichiers compressées en Gzip possèdent l’extension .gz
pour décompresser ces fichiers il faut taper en ligne de commande :

gunzip nom_du_fichier.gz

Bzip2 : les fichiers compressées en Bzip2 possèdent l’extension .bz2
pour décompresser ces fichiers il faut taper en ligne de commande :

bzip2 -d nom_du_fichier.bz2

Tar/GZip : les données compressées en TAR et en GZIP portent l’extension .tar.gz
Elles peuvent être décompressées successivement par les deux moyens énoncés ci-dessus ou à l’aide de la commande :

tar zxvf nom_du_fichier.tar.gz

Tar/BZip2 : les données compressées en Tar et en Bz2 portent l’extension .tar.bz2
Elles peuvent être décompressées successivement par les deux moyens énoncés ci-dessus ou à l’aide de la commande :

tar jxvf nom_du_fichier.tar.bz2

Compress : les fichiers archivés par le programme Compress portent l’extension .Z
Ils peuvent être décompressés par le programme Uncompress.

Grub-GFX – Donner une belle apparence à votre Grub

Tous les utilisateurs de Ubuntu connaissent forcement Grub, le gestinnaire de boot …
Grub à le « désavantage » de n’être fait par défaut que de blanc et noir … et à plutôt un style repoussant pour certains.
Mais il existe une alternative nommée Grub-GFX, qui présente l’avantage d’être graphique

Grub GFX


Attention : Grub-GFX est encore en version béta, donc peu présenter un risque potentielle (mais bon, personnellement, ça fait plusieurs mois que je l’utilise, et je n’ai jamais rencontré de problèmes)

Installation

Installer grubgfx

sudo apt-get install gfxboot

Désinstallez grub.

sudo apt-get remove grub

Installez grub-gfxboot.

wget http://quasarfreak.googlepages.com/grub-gfxboot_0.97-5_i386.deb
sudo dpkg --install grub-gfxboot_0.97-5_i386.deb

Configuration de Grub-GFX

Bon, maintenant, nous allons configurer notre nouveau Grub. Avant tout, vous devez posséder un « modèle » (voir les liens en bas de l’article). Notre modèle à nous s’appellera « modele.test ».
Nous devons tout dabord le copier dans le dossier de grub

cp /home/sckyzo/Desktop/modele.test /boot/grub/modele.test

Adaptez bien sur votre dossier « /home/sckyzo/Desktop » à votre cas.
Ouvrez une console et taper :

sudo grub --batch

Puis

grub> find /boot/grub/stage1

Et notez bien ce qui apparait.

Ouvrez ensuite le fichier « /boot/grub/menu.lst » en root

sudo gedit /boot/grub/menu.lst

Placez vous avant cette ligne :

## ## End Default Options ##

Et ajoutez le ligne que vous avez obtenu précedement en adaptant « (hdX,Y) » et « modele.test » à votre cas :

gfxmenu (hdX,Y)/boot/grub/modele.test

Ensuite, commenter le menu « Hiddenmenu » (il suffit de rajouter un # devant), si il n’est pas déjà commenté.

Maintenant nous allons installer Grub

sudo grub-install /dev/hdX

Adapter hdX à votre configuration. Normalement, il s’agit de hda pour les disques IDE et sda pour les disque SATA.
Si cela ne fonctionne pas, il faudra alors changer la lettre a (pour hda ou sda) par un chiffre qui lui donnera l’équivalent, ce qui donnera hd0 ou sd1 (par exemple, 0 correspond à la lettre a, 1 à b, etc).

En cas d’erreur : Error /dev/hdX (ou sdX) does not have any corresponding BIOS drive and Solution
taper ceci dans un terminal, puis refaites la commande précédente (grub-install)

grub-install --recheck /dev/sda

ou (en fonction

grub-install --recheck /dev/hda

Ceci aura pour fonction de remettre en place la table des disques possible pour d’installation de Grub

Voila, pour moi, ca a marché du premier coup 🙂
sO … Have Fun !

Les liens :
http://www.gnome-look.org : Taper gfx dans la recherche du site (search sur la droite du site)
http://doc.gwos.org/index.php/GfxBoot : Inscription Obligatoire

Quelques éléments de réponse pour modifier un thème existant, sur le forum :
http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?pid=625301#p625301

Créer une image de CD bootable pour tester votre thème en l’émulant avec QEMU :
http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?pid=624982#p624982

iTALC, surveiller les écrans des élèves d’un seul coup d’oeil

Cet article s’adressera plutot aux enseignements, mais a mon avis servira à bon nombre de bidouilleur désirant connaitre ce logiciel Open Source.

ITALC (Intelligent Teaching And Learning with Computers : Enseigner et apprendre intelligemment à l’aide d’ordinateurs), est de la même famille que Netsupport school (de la société Amosdec, que je salut au passage car il m’arrive de travailler avec eux sur le plan professionel), à la différence que c’est un produit Open Source. iTALC permet de surveiller les écrans des élèves depuis un écran maitre. En un coup d’oeil, vous voyez tous les écrans des élèves, tout en ayant la possibilité d’envoyer des messages ou fichiers, prendre la main sur un ordinateur … Et le tout sans aucune connaissance en informatique.

iTALC est une interface de contrôle se basant sur le protocole VNC. Il permet de monitorer une salle informatique d’un coup d’oeil, prendre le contrôle d’un ordinateur, faire une démonstration sur tous les ordinateurs ou partie, et bloquer l’interface si besoin est, le tout graphiquement et sans connaissance technique.

Le logiciel comprend deux parties : une partie cliente (à installer sur tous les postes) et une partie maitre (à n’installer QUE sur le poste du professeur !). Afin d’augmenter la sécurité du logiciel, le poste maitre crée une clé publique qui doit être reprise pour chaque poste élève, afin de pouvoir se connecter. Ceci empêche une prise de contrôle venant d’un ordinateur externe.

Une fois le logiciel installé sur tous les postes, il est possible, sur le poste maitre, d’ajouter les ordinateurs élèves et de les grouper sous forme de classes (pour créer des groupes dans la salle, ou encore pour gérer plusieurs salles en même temps). Une fois ces classes crées, on peut voir d’un coup d’oeil tous les ordinateurs de cette classe.

Les fonctions utilisables sont simples et efficaces : outre la simple surveillance des différents écrans, on peut prendre le contrôle d’une machine, montrer son écran à tous les élèves, montrer le travail d’un élève en particulier, envoyer des messages au groupe ou à un élève en particulier, bloquer l’accès à l’ordinateur (en cas de bêtise ou le temps d’expliquer quelque chose), redémarrer ou arrêter un ou plusieurs postes (à la fin de la séance, par exemple). Des fonctions manquent encore et sont prévues pour les versions à venir : diffusion de contenu audio/vidéo (via VLC), envoi et rapatriement de fichiers sur les ordinateurs cibles… Ce qui en fera un concurrent très sérieux du propriétaire Net support School.

L’interface est très jolie et facile à comprendre, avec des infobulles pour chaque onglet. La francisation est encore partielle mais largement assez avancée pour pouvoir l’installer et l’utiliser correctement. La vitesse d’affichage est moyenne (selon la puissance de l’ordinateur), mais un pilote graphique spécifique permet de l’améliorer.

Avec des fonctionnalités très intéressantes et une installation relativement simple, ce logiciel devrait très vite trouver sa place dans beaucoup d’établissement scolaire. Ceci est un projet à surveiller, mais aussi à aider !

ScreenShots :
ScreenShot 1
ScreenShot 2
ScreenShot 3
ScreenShot 4

Liens Utiles :
Site Officiel
Page de téléchargement
Le Wiki de iTALC
Installation sous Linux (lien direct du Wiki)
Installation sous Ubuntu Edgy (Site tier)